L’équipe du VWPP

Programme académique > Les cours du VWPP > Équipe VWPP 2021-2022

Le VWPP a réuni plusieurs enseignant·e·s-chercheur·euse·s parisien·ne·s pour assurer les cours du programme à Reid Hall. Vous trouverez ci-dessous un profil des professeur·e·s, tuteurs pour l’année en cours et de l’équipe chargée de l’administration.

Professeur·e·s

Simona Crippa enseigne la littérature française à l’UCO d’Angers. Docteur en littérature et civilisation françaises de l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, elle est spécialiste de l’œuvre de Marguerite Duras et notamment de son apport à la théorie du roman pour la deuxième moitié du XXe siècle. Elle a participé à de nombreux colloques internationaux et a publié de nombreux articles sur Duras et la littérature des XXe et XXIe siècles (Simone de Beauvoir, Maurice Blanchot, Camille Laurens, Linda Lê, Erri De Luca) dans des volumes collectifs et des revues scientifiques. Sa thèse de doctorat est en cours de publication chez Classiques Garnier/Minard ; elle prépare actuellement un essai sur l’écriture de Marguerite Duras pour les Presses universitaires de Vincennes.

Jean-Philippe Dedieu est lecturer à New York University in Paris. Titulaire d’un doctorat de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), ses travaux portent sur lhistoire et la sociologie des diasporas africaines. Outre ses activités de diffusion de la recherche pour The New Yorker et The New YorkTimes, ses articles ont notamment paru dans des revues à comité de lecture telles que African Studies Review, Comparative Studies in Society and History, Ethnic and Racial Studies, Foreign Affairs et Humanity. Il a publié l’ouvrage: La parole immigrée. Les migrants africains dans l’espace public en France, 1960-1995 (Paris : Klincksieck/Les Belles Lettres, 2012). Boursier Fulbright à UC-Berkeley, Jean-Philippe Dedieu a été successivement CIRHUS Fellow à New York University, Weatherhead Initiative on Global History Fellow à Harvard University et Visiting Scholar à la School of Oriental and African Studies de l’University of London.

Jonathan Degenève est maître de conférences en littérature française à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Il est spécialiste des relations entre le texte et l’image aux XXe et XXIe siècles. Il dirigé ou codirigé plusieurs ouvrages collectifs : Le Début de la fin (Textuel, Paris, 2005) ; avec Sylvain Santi, Le Montage comme articulation. Unité, séparation, mouvement (PSN, Paris, 2014, livre et DVD) ; avec Irène Fenoglio et Mireille Calle-Gruber, Pascal Quignard. Translations et métamorphoses (Hermann, Paris, 2015, livre et CD audio). La liste de ses livres et articles est en ligne sur jonathandegeneve.free.fr

Patrick Graille est enseignant-chercheur, historien des idées, essayiste et traducteur. Formé aux universités d’Orléans, de Paris X et de Paris IV-Sorbonne (Doctorat de Lettres modernes-1998), il assure depuis 2001 des cours et des tutorats pour le programme de Vassar-Wesleyan, enseigne la pensée critique et la philosophie à l’École d’Arts Appliqués et de Design de Blois, et anime bénévolement des ateliers d’écriture auprès de publics socialement et culturellement défavorisés. Pluridisciplinaires, parfois insolites, ses travaux portent sur l’idée de monstre, la marginalité religieuse, l’Afrique subsaharienne et l’art baroque, de la Renaissance au siècle des Lumières.

P. Graille a publié deux essais, Le Troisième sexe. Être Hermaphrodite aux XVIIe et XVIIIe siècles (2001-2005, traduit en japonais-2011) et L’Œil médusé. La villa aux monstres du Prince de Palagonia (2015) ; une anthologie de Discours antireligieux français du XVIIIe siècle (2003-2005) ; et des éditions d’œuvres critiques, dont Castilhon, Zingha, Reine d’Angola (1993), Davisson, De la monstruosité pontificale (2003) et Cinquante Lettres du marquis de Sade à sa femme (2009). P. Graille a aussi dirigé des numéros de revues (Eighteenth-Century Life et Dix-huitième siècle) ; publié divers articles dans des recueils internationaux ; et des textes créatifs pour des livres d’art (Souricières, 2007) et d’artistes (Cultures mortes, 2005, Le Lion amoureux, 2011). Enfin, il a traduit l’essai d’Andrew Curran, L’Anatomie de la noirceur. Science et esclavage à l’âge des Lumières (2017), celui de David Matteini, Lumières et enthousiasme. Histoire d’une idée anthropologique (2022), et bientôt de Faith Beasley, Versailles rencontre le Taj Mahal. Voyages, fictions et conversations éclairées sur l’Inde au temps du Roi-Soleil (2023).

Néna Kraguly est historienne d’art spécialisée du 20e et 21e siècles. Après des études d’Histoire de l’Art à l’Université de Philosophie à Belgrade (Licence), elle a obtenu un DEA d’Art Graphique du XXème siècle à la Sorbonne-Paris I. Elle a travaillé comme Documentaliste Archiviste à la Bibliothèque ESCP à Paris et au Gulf & Western International, Paris (1980-81), puis comme Assistante de production bilingue à la Radio France Internationale, Paris (1987-89). Elle a travaillé également comme Assistante à la préparation des expositions : “L’Informe” et “L’Empreinte” au Centre Georges Pompidou à Paris (1996). Mme Kraguly a enseigné au lycée Ecole Nouvelle des Arts à Paris (1982-1995). Elle a aussi enseigné dans différents programmes universitaires américains comme New York University, Summer Studies Program à Paris (2004 et 2006), et CEA Global Campus à Paris (2008). Actuellement elle enseigne l’Histoire de l’Art à Vassar-Wesleyan Program à Paris (depuis 1996) et elle est aussi affiliée à l’Ecole Parsons à Paris. Mme Kraguly a publié un essai, Erasing Bounderies: The ‘Narrowness’ of Europe and the ‘Wealth’ of America, in Pro Futuro, ed. HESPERIA, Belgrade 2010. Elle contribue régulièrement aux divers mensuels et hebdomadaires serbes.

Christelle Taraud enseigne dans les programmes parisiens de Vassar-Wesleyan, de Columbia et de NYU. Elle est aussi membre associée du Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Paris I/Paris IV). Elle travaille notamment sur les femmes, le genre et les sexualités en contexte colonial maghrébin (XIXe et XXe siècles). Elle est par ailleurs l’auteure de La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris Payot, 2003 et 2009 ; de Mauresques. Femmes orientales dans la photographie coloniale (1860-1910), Paris, Albin Michel, 2003 ;  de Femmes d’Afrique du Nord. Cartes postales (1885-1930), Paris, Editions Bleu Autour, 2006 et 2011 ; et d’« Amour interdit ». Prostitution, marginalité et colonialisme. Maghreb 1830-1962, Paris, Payot, collection « Petite Bibliothèque Payot », 2012.

Ariane Wilson a obtenu des diplômes d’histoire à Cambridge University, d’histoire de l’art au Courtauld Institute of Art et d’architecture à l’École nationale supérieure (ENSA) Paris-Val-de-Seine. Elle a enseigné à la RWTH Aachen University (Allemagne, 2007-2013) et à l’ENSA Paris-Malaquais (2014-2020). Elle est désormais maître de conférence à l’ENSA de Strasbourg. Ses cours proposent d’examiner l’architecture en lui appliquant des filtres thématiques (l’opacité, le rire, le cliché…) ou par un engagement corporel (l’écoute, la marche, la danse). Elle explore la “micro-analyse inventive” des lieux comme fondement du projet d’architecture, se servant de la marche pour une appréhension poétique, investigatrice et combative de l’environnement. Encourageant un regard critique sur les discours et politiques de l’écologie, elle anime des ateliers de construction en terre crue, interroge les idéologies sous-tendant l’utilisation de matériaux et propose une réflexion sur les notions du soin appliquées à l’architecture. Enfin, par l’approche des material cultures studies, elle conduit des recherches sur les croisements matériels et de typologies spatiales suscités par les diasporas en Ile-de-France. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Criticat (2013-2018), et l’auteur de nombreux articles dans la presse architecturale, de deux récits de voyage (Presses de la Renaissance, Arthaud) et de Listen ! Sound Worlds from the Body to the City (Cambridge Scholars Publishing).

Tuteurs

Nayla Ajamane est titulaire d’un doctorat d’État en Didactologie des langues et cultures de l’université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle / didactique du français langue étrangère. Elle a obtenu une maîtrise en littérature française et un diplôme d’études approfondies (DEA) sur Marcel Proust. Elle est tutrice au VWPP depuis 2004. Elle a enseigné le français comme langue étrangère (FLE) dans plusieurs programmes américains à Paris. Au GRETA (réseau de formation de l’Éducation nationale pour adultes), elle a animé des cours d’alphabétisation et de post-alphabétisation. Actuellement, elle enseigne le FLE aux adultes internationaux ainsi que l’arabe aux adultes français dans le cadre du programme offert au public par la Mairie de Paris. Elle enseigne l’arabe à Sciences-Po et elle participe à des stages intensifs de FLE et d’arabe à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne où elle enseigne, également, le FLE dans un DU destiné aux étudiants réfugiés. Elle s’intéresse aux échanges interculturels entre les sociétés française, moyenne-orientale et américaine.

Cécile Dessertenne a étudié à l’université de Paris XII-Val de Marne où elle a obtenu son diplôme de Maîtrise avec mention en Langues Etrangères (Anglais, Allemand, Espagnol). Puis elle a enseigné en tant que “teaching assistant” à Wesleyan University en 2003-2004. De retour en France, elle a travaillé pour le VWPP et a suivi une formation à Paris III-Sorbonne nouvelle sur la psychologie des enfants bilingues, puis un Master de sciences sociales à Paris V-René Descartes en FLE et Interculturel. Au sein du VWPP, elle s’occupe des tutorats, des séances d’orientation et de l’interculturel, mais elle enseigne aussi les langues dans les écoles publiques de la ville de Paris.

Alexis Weinberg est titulaire d’un doctorat en Histoire et sémiologie du texte, préparé à l’université Paris-Diderot (Paris VII), sous la direction de Dominique Rabaté. Un ouvrage, adapté d’une partie de sa thèse, est à paraître aux éditions Classiques Garnier à la fin de l’année 2018, sous le titre Bernard Pingaud et le temps de l’écriture. Membre rattaché au laboratoire CERILAC (Paris VII), ses thèmes de recherche sont la théorie littéraire et le roman en France depuis 1945. Il enseigne la matière intitulée « Français-philosophie » en Cycle Préparatoire de l’école d’ingénieurs EISTI (Cergy).

Équipe administrative

Lisa Fleury est la directrice adjointe du Vassar-Wesleyan Program in Paris. Elle s’occupe de l’hébergement des étudiants, du recrutement des familles d’accueil, des stages, du bénévolat et de la gestion du bureau VWPP à Paris. Ancienne élève de Wellesley College spécialisée dans les études françaises, ayant passé un semestre à Paris avec le Columbia-Penn Program à Reid Hall, elle a poursuivi ses études à l’Université de Paris 7- Denis-Diderot où elle a obtenu un DEA dans le domaine de la littérature orale et le conte populaire. Parallèlement elle enseigne l’anglais aux étudiants français, le plus récemment à l’Université de Paris-Dauphine dans le Master 2 des ressources humaines. Ses centres d’intérêt personnels sont le patrimoine artistique et culturel de la France et la francophonie, les voyages, l’apprentissage des langues, le ski, et la natation.

Lorène Piquet est assistante du programme.