Cours du VWPP – Automne 2011

COURS D’ECRITURE (WRITING INTENSIVE COURSES)
(maximum de 15 étudiants)

  1. Paris et la littérature française: Lieux de mémoire [visites]
  2. L’écriture de soi
  3. L’Idée du monstre dans la littérature française

SEMINAIRES

  1. Femmes, genre et colonialisme/post colonialisme en Algérie et en France métropolitaine (1830-2008)
  2. Amour et tragédie [théâtre]
  3. La Pensée du corps
  4. L’Afrique sub-saharienne face aux effets de la globalisation


COURS D’ECRITURE (WRITING INTENSIVE COURSES)
(maximum de 15 étudiants)

Paris et la littérature française: Lieux de mémoire [visites] Professeur Martin Mégevand
le mardi 14h-16h
pavillon

Descriptif:

Paris regorge de lieux de mémoire : lieux où s’inscrit officiellement la mémoire nationale sous forme d’inscriptions votives, ou lieux portant plus discrètement la trace du passage de l’Histoire. De même, la Littérature française est un lieu où se construisent une mémoire et un patrimoine : Paris y joue un rôle-clé.

Du Mur des fédérés aux immeubles de l’Ile Saint-Louis exhibant leurs plus célèbres locataires (Baudelaire, Daumier, Camille Claudel, Breton), du Panthéon aux ex-votos de Saint Etienne du Mont, des passages parisiens d’Aragon à ceux de W. Benjamin : on proposera aux étudiants cinq itinéraires de circulation dans Paris à la recherche d’événements passés en rapport avec l’actualité.

On propose de rapprocher cette inscription, directe, dans le paysage urbain parisien de la mémoire historique et celle, placée dans la fiction littéraire, de l’histoire de Paris : tel sera le contenu des sept séances en salle de ce cours.

Paris choisi par Victor Hugo dans Les Misérables comme promesse des révolutions : les lieux qu’il élit, de la Place de la Bastille aux Feuillantines, en passant par le dédale du Marais, le « boulevard du crime » et ses représentations reconstituées dans Les enfants du Paradis ; le grand magasin de Zola, lieu synthétique des aspirations nouvelles d’une société en pleine mutation de valeurs :les pistes d’exploitation littéraire des lieux parisiens sont innombrables, et la mise en parallèle d’œuvres littéraires et cinématographiques pourra également être exploitée. Ce cours permettra des rencontres singulières comme celle de Balzac, Picasso et… Louis XIII rue des Grands Augustins.

Objectif:
L’intérêt théorique d’un cours de Littérature prenant Paris pour mémoire est d’entrer dans des œuvres majeures ou moins connues de la Littérature française selon une approche prenant pour axe principal la mémoire culturelle.

Validation:
Pour valider le cours, l’étudiant sera chargé d’établir des comptes-rendus de visite d’une page chaque semaine. Il rendra, en fin de semestre, un travail d’écriture créative portant sur sa perception d’un lieu parisien. Ce cours sera constitué de 13 séances ou 12 séances dont 5 sorties sur des sites parisiens en rapport avec les textes étudiés en cours. Les travaux écrits seront effectués dans une visée de renforcement de l’expression écrite en français. Des corrections développées seront fournies aux étudiants.

[haut de page]


________________________________________________________________

L’écriture de soi
Professeur Florence de Chalonge
le mercredi 13h30-15-30
Classe 3

Descriptif:
Quand l’écriture de soi choisit la fiction, elle imite les formes de la correspondance ou du journal intime ; elle se fait roman épistolaire ou roman journal. Avec beaucoup d’ambiguïtés. Les Lettres de la religieuse portugaise publiées à la fin du XVIIe ont été lues pendant plusieurs siècles comme un document authentique avant d’être reconnues comme le roman qu’elles sont. Il faut dire que le lecteur aime par-dessus tout la force des histoires vraies. Au XXe siècle, l’écriture de soi abandonne les formes convenues et, comme dans Un homme qui dort, fait parler une voix intérieure et distanciée. Elle met aussi en question les limites entre fiction et vérité et instaure un nouveau genre, l’autofiction, qui mêle le vrai de la vie vécue à l’invention née de l’écriture (L’Amant).

Parler d’amour (Lettres de la religieuse portugaise), aborder la folie (Le Horla), choisir l’indifférence (Un homme qui dort), revenir à l’enfance (L’Amant) sont ici les enjeux d’une écriture portée par de grandes voix solitaires qui, à l’intérieur de la lettre, du journal, du monologue, par l’image, savent parler de soi — et de nous.

[haut de page]

________________________________________________________________

L’Idée du monstre dans la littérature française
Professeur Patrick Graille
Le lundi 14h-16h
pavillon

Descriptif:
Figure majeure, « contre-nature » et hors-la-loi, de l’anormal, le monstre dépasse, souvent viole les normes des sociétés qui le mettent en scène. Or, ces normes — qu’elles soient physiques, théologiques, juridiques, scientifiques, esthétiques ou morales —, peuvent à leur tour devenir monstrueuses, à l’image de ceux qui s’en réclament. De ce paradoxe naissent un certain nombre de questions : où est le monstre ? Qui est-il ? Comment se manifeste-t-il ? Pourquoi est-il ? À travers des thématiques variées et des documents hétérogènes (œuvres plastiques, dialogues philosophiques, romans, nouvelles, contes, essais, articles, confessions et extraits de films), nous étudierons la fascination exercée par la monstruosité, sa valeur sociale de repoussoir et d’exutoire, ainsi que l’évolution de certains sujets au fil des époques parcourues, du XVIIIe siècle à nos jours. De concert, les cours seront ponctués d’exercices théoriques et pratiques visant à intégrer les méthodes d’élaboration et de présentation d’un travail « académique », à faire progresser, le plus efficacement et intensément possible, chaque étudiant(e) dans son usage de l’écrit.

Objectifs:
Faire connaître une série de savoirs et de fantasmes, de permanences et de mutations répondant à la notion de monstre à travers l’étude d’œuvres des xviiie, xixe et xxe siècles.

  • Apprendre à décrypter, dans un contexte social spécifique et des approches subjectives, des œuvres désignant « l’autre » comme « monstrueux ».
  • Maîtriser les exercices de l’explication de texte, du commentaire composé, de la dissertation et de l’exposé à la française par la mise en pratique de méthodes adaptées.
  • Dans le cadre de séances « writing intensive », désinhiber, stimuler et travailler l’écriture.

[haut de page]

________________________________________________________________

SEMINAIRES

Femmes, genre et colonialisme/post colonialisme en Algérie et en France métropolitaine (1830-2008)
Professeur Christelle Taraud
Le lundi 16h-18h
pavillon

Descriptif:
Ce cours est une introduction générale à l’histoire des relations entre genre et colonisation/post-colonisation en Algérie et en France métropolitaine du début de la colonisation française en 1830 à aujourd’hui. Dans ce cadre il s’agira de mettre en exergue plusieurs questions centrales de la problématique : 1) La question historiographique en proposant un état des lieux de la recherche algérienne, française et anglo-américaine récente et des problèmes épistémologiques qu’elle soulève ; 2) Les rapports entre « race » et genre dans le cadre du Maghreb colonial ; 3) La manière dont l’héritage colonial (pratiques et représentations), à travers les rapports sociaux de sexe et dans une perspective « post-coloniale », influe sur l’Algérie et la France d’aujourd’hui.

[haut de page]

________________________________________________________________

Amour et tragédie [théâtre] Professeur Bruno Clément
le mercredi 17h-19h
classe 3

Descriptif:
Le cours se propose d’offrir aux étudiants, à partir d’un programme précis, des ouvertures à la fois sur la scène parisienne et sur l’histoire et la tradition du théâtre occidental. Le cours est donc différent chaque semestre, puisqu’il dépend de la programmation des salles à chaque saison théâtrale.

Le programme du cours “Amour et tragédie” a été choisi parce qu’il propose un parcours historique et thématique du théâtre français du 17e siècle (Corneille, Suréna ; Racine, Phèdre) au 20e siècle (Beckett, Fin de partie ; Genet, Les Nègres) et parce qu’il marque, dans l’histoire du théâtre français, un tournant important (jusqu’au début du 17ème, l’amour appartient plutôt, dans la tradition occidentale, à la comédie qu’à la tragédie).

Le déroulement du cours, séance par séance, est évidemment dépendant de cette formule, qui fait alterner programme du cours et programme des salles.

[haut de page]

________________________________________________________________

La Pensée du corps
Professeur Snejana-Nena Kraguly
le mercredi 11h-13h
classe Archi

Descriptif:
Du corps idéal grec au corps « langage » : deux approches qui interrogent les formes autant que les contenus. Du mimesis à la connaissance des phénomènes. La libération de la conscience du soi fait place au corps. Le corps prend toute son ampleur modale.

Picasso et Matisse, parmi d’autres artistes, s’inspirant de l’art tribal, transforment l’image du corps. Les corps émaciés de Giacometti dialoguent avec les corps tordus de Bacon. Le langage gestuel s’élargit : le corps de l’artiste devient à la fois le vecteur et le matériau de modes d’expression particuliers.

L’objectif de ce cours est d’éclairer, de mettre en regard et de confronter certaines réalisations artistiques du XXème et XXIème siècle qui concernent essentiellement le Nu, l’Action et le Corps.

[haut de page]

________________________________________________________________

L’Afrique sub-saharienne face aux effets de la globalization
Professeur Charles Amégan
le mardi 17h45-19h45
pavillon

Descriptif:
Le cours se propose d’examiner l’évolution de l’Afrique Subsaharienne Francophone depuis la fin de la Guerre Froide. Il vise à apprécier l’impact de la mondialisation sur le continent à travers les transformations subies ou introduites dans la vie économique et politique.

En s’appuyant sur des exemples concrets, le cours se propose d’évaluer si la mondialisation peut véritablement être considérée comme une opportunité, et examiner les perspectives de développement pour le continent et les Africains en ce début de 21è siècle.
Thèmes :

  1. Introduction à l’Afrique Francophone
  2. L’Afrique face à la Globalisation : approches et enjeux
  3. La remise en cause de l’Etat et ses implications
  4. La problématique Globalisation et Développement
  5. Le développement des NTIC et leur impact
  6. Le Développement des relations Sud-Sud
  7. L’essor de la Chine sur le continent et ses conséquences
  8. Mondialisation et Migrations sur le continent Africain
  9. L’Union Africaine : vues et perspectives

[haut de page]

________________________________________________________________